vendredi 15 mai 2015

Un 25ème de seconde

Elle est actuellement dans le 20ème arrondissement de Paris, sur un mur sombre, dans une salle vaste ouverte sur une rue calme. Il faut la voir de près car, au contraire de l'image ci-dessous, les couleurs brillent et explosent comme des petits ballons. La pluie rutile.

Il faut la voir en vrai cette toile de Soluto.



On retrouve aussi là-bas ses portraits, peints ou à l'encre, qui ont ceci de particulier qu'ils nous semblent familiers, ordinaires, et pourtant singuliers. Déambuler au milieu de ces visages imprécis donne au spectateur l'impression d'être scruté, comme reconnu, et on croit soi-même reconnaître quelqu'un.
Ici les traits sont comme l'écriture fine qui relate une histoire unique, au travers de corps où tout est inscrit; là, ce sont les aplats de lumière qui façonnent une grimace, un sourire. Partout, c'est comme assister à la capture d'un instantané dans ce qu'il a de plus juste, de plus vivant.

Et au milieu du tapage, c'est la seconde magnifique.



Jusqu'au 7 juillet 2015 au 20, rue Saint Blaise à Paris