mardi 24 mars 2015

Un monde parfait

Ce n'est qu'un exemple.

Alexandre de Juniac est le président d'Air France. Il n'est qu'un exemple du mouvement dominant.
On ne pourra rien faire contre. C'est entendu. Soumettons-nous puisque nous n'avons pas le choix.

On appréciera au passage sa version de l'histoire sociale de la France.






8 commentaires:

  1. Le grand prêtre a un côté Gaspard Proust : un low cost allemand vient de tomber.

    RépondreSupprimer
  2. Devant tant de bêtise autosatisfaite, bouffie, obstinée, souriante même de l'orateur (bêtise de l'exposé, des mots et expressions employés, inimitables attitudes de cet imbecile) et du public, complice, on rit puis on se sent decouragé. Monsieur Homais a changé de nom, il s'appelle de Juniac. Quel(s) âne(s). Pierre L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Pierre L.,

      On hésite entre Monsieur Homais ou le Baron de la Boursoufle.

      Supprimer
    2. Comme vous dites Pierre : on se sent découragé. C'est bien là qu'est le drame.

      Supprimer
    3. Plutôt conforté que découragé de voir ces messieurs étaler leur suffisance. Cons et tellement fières qu’ils se filment et le publient. Le comble de leur bêtise, c'est d'en faire la réclame.

      Supprimer
  3. Et comme l'économie est une idéologie et que cet individu est un de ses farouches porteurs, il vient d'être réélu pour 4 ans à la tête du groupe AF-KLM. Conclusion : il va continuer à être rémunéré grassement pour construire sa vision du monde.
    AAArrrrGGhh, ça penche !!!

    RépondreSupprimer
  4. Sociétaire du Spectacle31 août 2015 à 20:47

    Je trouve pénible cette manie d'applaudir un orateur lorsqu'il monte sur l'estrade, avant qu'il ait dit quoi que ce soit… Cette fois, c'est pire encore : l'animatrice des débats exige du public qu'il applaudisse cette entrée en scène !

    RépondreSupprimer