samedi 15 juin 2013

Bonjour chez vous Numéro 6 !

Devant l'entrée de l'hôpital de Nantes, se trouve un pan de mur incliné et à demi enfoncé dans le bitume, comme violemment tombé du ciel ou englouti après une manifestation tellurique. On pense à une météorite ou à un naufrage. Les deux images se valent.
Un côté du mur serait une façade XVIII° siècle ornée de mascarons tandis que l'autre face pourrait être une décoration intérieure sans cesse renouvelée, un peu comme une cuisine  dont on découvre des couches de papier-peint. A y regarder de près, l'ensemble est totalement artificiel, la pierre est synthétique et les couleurs n'ont pas supporté les vents d'ouest, les tags et la pluie.
En s'accordant une pause, c'est-à-dire en s'accoudant aux barrières amovibles anti-émeutes, on peut observer les peintres à l'oeuvre, triturant la structure pour accoucher d'une fresque où l'on s'amuse à deviner who's who. A droite, on distingue Anne de Bretagne, Henri IV et quelques personnages emperruqués puis, complètement à gauche au milieu de petites gloires locales, les contours d'un visage blond et blanc dont l'expression a disparu par on ne sait quelle malice. S'il n'y avait l'écharpe tricolore seignant son torse, on ne reconnaîtrait pas l'actuel Premier Ministre.
L'histoire chronologiquement racontée va de la droite vers la gauche, écrite à l'envers donc - ou bien dans une autre langue. Etrangement, les personnages les plus saillants de cette épopée ne sont pas les plus éminents de l'Histoire de Nantes, mais les plus populaires depuis 15 ans. Ce sont les "Géants" de Royal de Luxe, machineries spectaculaires bourrées d'inventions étonnantes qu'on a fait défiler dans les rues et qui plaisent au public bien davantage que la mise au bûcher du roi Carnaval.


Je viens de passer dix jours à Nantes. Le centre de la ville est devenu inaccessible aux voitures, les façades sont ravalées, les rues sont élargies, planes et sans caractère et ne bruissent que des bavardages, des sonnettes de vélo et du roulement des trams. Ici, les grandes boutiques de luxe abondent, là, le diocèse restaure les ruines et crée des galeries d'art... une révolution dans cette ancienne ville ouvrière. A tel endroit on a le droit de s'allonger sur les pelouses, à tel autre on peut pique-niquer. Ailleurs non. Un peu comme les marquages au sol qui indiquent où circuler, où s'arrêter, où se garer, les permissions de s'installer ici plutôt que là donnent l'idée de l'étendue des interdits.
Aux alentours, les friches industrielles ont été investies par les promoteurs, on y construit à tour de bras des fantaisies architecturales comme à Bordeaux, Lille ou Lyon. Rien ne distingue Nantes d'une autre ville de province. On fait grand, beau et lisse. 
La muraille peinte - et toutes les autres installations de Royal de Luxe - donne quant à elle l'illusion d'une effervescence culturelle, d'une sorte d'agitation du bulbe légèrement décalée dans cet ordre nouveau. Ils évoluent au milieu de jeunes familles citadines circulant à trottinettes et en poussettes, consensuellement adeptes des vide-greniers, des paniers de l'AMAP et du tri sélectif. Ils animent les nouveaux sites réservés aux loisirs, proposent de nombreux évènements... Disons qu'ils sont les artistes officiels de l'organisation.
Admettons que cette vaste mission d'assainissement global est une réussite car, débarrassé de la source de stress qu'est le choix, le citoyen nantais dit désormais bonjour et l'automobiliste s'arrête pour laisser passer les piétons. C'est probablement avec ce genre de critères que l'on classe les villes où il fait bon vivre, quitte à y perdre un peu d'esprit.


12 commentaires:

  1. Beau tombeau pour le Nantes de Jacques Demy.

    Ravi de votre retour (en force), chère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lola est aussi sur la fresque et peut-être encore discrètement à la Cigale... Merci cher Frédéric pour votre passage ici.

      Supprimer
  2. Parlez-vous de cette ville dont le port n'existe plus qu'en hologramme (dixit un mien ami préoccupé par le sujet), chère V ?

    La ville se languit de vous (oké, c'est cucul mais je n'ai pas pu me retenir).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour N° 2, Nantes vue de là où vous êtes ressemble encore à ce qu'elle fût. Que le couchant vous réjouisse.

      Supprimer
    2. Personne ne l'a jamais vu.

      Supprimer
  3. Bravo!
    Des "Jeunes familles citadines circulant à trottinettes et en poussettes, consensuellement adeptes des vide-greniers, des paniers de l'AMAP et du tri sélectif."
    Tiens, tiens, j'ai l'impression de voir mes bobos du 20ème... avec, en moins, l'arrogance parigote.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une variété de bipèdes qui circule beaucoup dans nos contrées. Dans le 20ème, ce sont les "gentrificateurs" me semble-t-il...

      Supprimer
  4. Enfin, sans l'arrogance parigote, voulais-je dire.

    RépondreSupprimer
  5. Barbara : il pleut sur Nantes ...

    RépondreSupprimer