dimanche 12 mai 2013

Quand Marguerite disait l'avenir


(Mieux vaut éviter les 7 premières secondes qui peuvent s'avérer agaçantes.)

3 commentaires:

  1. le chêne parlant.15 mai 2013 à 17:14

    Chère V.

    Dans l’un de ses dialogues avec Bernard Pivot, Marguerite Duras fit des confidences sur son travail d’écriture «… pas loin du cauchemar… » non plus.

    Cet acte de cannibalisme du présent, cette désertion de la vie, ce plaisir cancéreux – oui - un écho sympathique.

    Très amicalement,

    Virginie.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir V,

    Aujourd'hui en revenant d'un footing, j'ai apercu dans un jardin, sur un banc pres d'un massif de fleurs, seule sur un banc, une jeune femme absorbée dans un livre. Je me suis arrêté un instant pour la regarder. Si les femmes et les hommes savaient combien ils peuvent etre seduisants lorsqu'ils sont en train de lire un livre (tellement plus que lorsqu'ils s'entetent a fixer desesperement des yeux un telephone desesperement muet), ils et elles apprendraient tous a faire semblant ! Ce serait une première etape, n'est ce pas Marguerite ?

    Pierre

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce frisson qui me parcourt à réécouter l'irremplaçable Marguerite Duras, ses mots, jamais assemblés par quiconque de la même façon, qui sonnent tellement rares et justes, du plus souterrain au plus aérien, au plus prophétique, merci,
    sommes nous encore beaucoup à l'aimer ?
    Catherine

    RépondreSupprimer