mercredi 3 avril 2013

Entrechats de Venise




Répétitions - Palais Grimani - Venise


De l'origine du pataud (?) :
« Ces chats vénitiens ne se dérangent jamais, eux non plus, n'ayant rien à redouter des voitures; ce que je reproche aux chats, c'est de ne pas dire bonjour. Les chats vénitiens ont l'air de faire partie du sol; ils n'ont pas de collerette; leur ventre est un biniou dégonflé, dans cette cité sans arbres ils ne savent plus grimper; ils sont dégoûtés de la vie, car il y a trop de souris, trop de pigeons ».

Venises - Paul Morand


6 commentaires:

  1. Que c'est pataud, un humain ! La grâce est plutôt du côté de l'écureuil, par exemple.

    Néanmoins, grand merci pour ce moment humoristique, très chère V.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien cruel avec ces jeunes filles, mon cher Marquis. Que serait un écureuil engoncé dans un jean slim?

      Supprimer
  2. il n'y a guère que la musique qui soit légère et sautillante...

    RépondreSupprimer
  3. Trop de souris, trop de pigeons, trop de touristes et trop de bateaux à moteur, .... Je compatis, très chère V.

    Aviez-vous gardé quelques calmants par-devers vous pour supporter l'endroit ?

    Le bel écureuil est nu au sortir de l'eau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Marquis, toutes ces petites bestioles étaient restées tapies à l'abri. Seuls deux beaux chats ont montré leur museau lors d'une brève éclaircie dans un quartier qui semblait jusqu'alors presque inhabité.
      Vous auriez trouvé cela supportable, je vous assure.

      Supprimer