mardi 29 janvier 2013

Ma voisine s'appelle Catherine




4 commentaires:

  1. Délicate piqure de rappel ! Quelle diction, quel phrasé ! Du grand art.
    De surcroit, à la réécouter ainsi, on entend à quel point elle a tout appris à Palmade et consorts...
    Qu'elle reçoive nos hommages, là où malheureusement elle souffre depuis plusieurs années maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lady Parkinson n'a cependant pas encore eu raison de sa causticité. La garce a arraisonné son corps, pas son esprit.

      Supprimer
  2. J'avais vu Sylvie Joly sur scène, jadis. Cela remonte au monde d'avant, avant la vestiairisation du langage pratiquée désormais par la gente féminine à commencer par celles qui font profession de comiques. Sylvie Joly est à ranger parmi les femmes anti-bonnes-femmes. Rien d'étonnant que vous l'ayez invitée sur votre blogue, chère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dans sa manière d'exprimer la vulgarité avec grâce. De la haute voltige. Merci de votre passage, cher.

      Supprimer