mercredi 3 octobre 2012

Demain comme hier

2 commentaires:

  1. Le texte sombre mêlé à ces notes électriques distille un climat d’une improbable légèreté – accord entre un soleil d’été et un voyage dans une voiture bondée sur les rails d’un vieux chemin de fer.

    Comme deux millions de bulles – éparses - dans une coupe de champagne, chère V.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une manière de voir, chère Virginie.

      Supprimer