mardi 17 juillet 2012

Respiro

Je n'ai jamais rêvé d'avoir une Rolex, mais de la peinture oui. Il m'a fallu du temps, le temps qu'il faut pour ne plus avoir envie d'autre chose. J'ai choisi une toile de Martine Pinsolle, une découverte faite à Bordeaux au milieu d'une exposition collective qui n'a pas fait de cadeaux aux autres artistes: Martine dirigeait le théâtre des opérations.
Quand on aime nager, quand on aime l'eau, on ne peut rester insensible devant le visage serein de cette nageuse. On reconnaît ce plaisir. Quand on est un habitué des piscines, on sait que cette ligne de flottaison qui délimite les lignes d'eau n'est pas un recours à la noyade, elle n'est qu'un repère pour nager droit. Tenter de s'y accrocher, de s'y reposer, est une illusion : elle est trop souple, trop peu tendue pour soutenir le poids. Mais pour un temps très court, elle rassure, permet de reprendre son souffle ou d'attendre d'avoir pied. Elle est comme le balancier du prao, un moyen simple de retrouver l'équilibre.
La "ligne de flottaison", entre le ciel est l'eau, impose de rester léger, confiant, paisible. De la lourdeur et on coule. Ce tableau qui éclaire désormais ma maison ne me donne pas l'heure, mais une certaine idée de la vie et du temps. 

Ligne de flottaison 1 - Martine Pinsolle

10 commentaires:

  1. Excellent choix. Le bleu, le sourire à peine dessiné de la naïade, ses yeux reflétant l'eau et la lumière, ce collier de grosses perles flottantes... Oui, très beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Frédéric pour votre avis d'esthète.

      Supprimer
  2. Mais la naïade ferme peut-être les yeux et ses paupières mouillées luisent au soleil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est en effet ce que l'on voit.

      Supprimer
  3. C'est une belle réussite, cette toile, chère V., sur ce fond bleu qui appelle la sérénité, des ombres toutefois ; cette main "intranquille" à quatre doigts (!) et celle du visage qui répond à celle du corps immergé. Et ces flotteurs en chapelet que l'on renoncerait à égrener, un temps suspendu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un temps suspendu. Un répit en somme, très chère Corinne.

      Supprimer
  4. Tiens, tiens, vous semblez aimer la peinture "rétinienne", autrement dit, la beauté traditionnelle des arts de la main... Un genre de beauté qui reste malheureusement toujours accrochée au sensible, à la transcendance, à l’émotion, à la nécessité intérieure individuelle, au métier, au respect de l’autre, au savoir faire dans la mise en forme, au sens et au vécu, au territoire, au terroir, à la matière, au contenu, à l’inscription dans une culture, à l’éthique, à l’humanité, etc., toutes notions ou valeurs considérées comme parfaitement archaïque, obsolètes, anticontemporaines, pénibles intellectuellement, provinciales, rurales, ringardes, réactionnaires, populistes, démagogiques, pétainistes, lepénistes, nationalistes, extrême-droitières, etc. pour les tenants de l'AC (art contemporain)!!! Sur cette "total fight", il faut lire les chroniques impertinentes de Nicole Esterolle sur son site du Schtroumpf Emergent (http://www.schtroumpf-emergent.com/blog/).
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous voilà bien ! Merci pour le lien, cher Monsieur du Lorgnon, j'ai bien ri !

      Supprimer
  5. Chère V.
    Je viens de faire un long tour sur le site de Martine Pinsolle et cette visite a considérablement enrichi le regard que j'ai, dans un premier temps, porté sur votre toile. J'ai vu beaucoup de belles choses et j'ai été très intéressé par son travail des noirs. J'aime aussi ses cadrages, sa rigueur, sa froideur, sa constance... Bravo aussi d'avoir su arrêter le temps. Car avec un peu de patience on trouve toujours mieux à faire que de dépenser ses pépètes dans la barbouille... Mais pour vous, à un moment, si je vous ai bien lue, l'envie d'une toile a été plus impérieuse que l'achat d'une suite high-tech fatalement obsolète dès la sortie du magasin... Vous avez fait votre choix avec discernement... Bel été à vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Martine a beaucoup de talent. En préférant la beauté à l'high-tech, j'ai aussi gagné de faire la connaissance d'une belle personne, intelligente, drôle et caustique, comme je les aime ! Comme vous, elle cache aussi un véritable talent d'écriture. Ah ces artistes !

      Supprimer