vendredi 8 juin 2012

Candidature au titre de capitale de l'absurde

Pendant longtemps, Nantes a été une ville peu intéressante mais très rigolote. Disons que l'on pouvait y faire des choses rigolotes, comme de la musique dans des bars enfumés sans que les brigades anti-bruit ne déboulent. Les façades étaient noires, les immeubles de guingois, et les quais arpentés de filles de joie tandis que la pluie luisait sur l'asphalte. J'ai vécu 38 ans à Nantes, j'y suis même née. Maintenant, comme partout, les rues sont piétonnes, les magasins portent les mêmes enseignes que n'importe où ailleurs, les places sont des esplanades marbrées et la bicyclette fait la loi. Dans ce décor conventionnel, Nantes a cependant servi d'éprouvette à l'art contemporain. On y a initié les Nuits Blanches reprises ensuite à Paris. L'ancienne usine LU est devenue un centre d'art, on y organise des expos, on y donne des spectacles. Et parce qu'une jolie rivière croise le cours de la Loire et que la mer n'est qu'à 50 km, on dit qu'il fait bon y vivre. Pourtant, quand je suis tombée sur cette vidéo d'un hôtel un peu particulier, je me suis demandé s'il faisait si bon y vivre que cela, si l'ennui n'avait pas gagné les esprits et si, en gros, le passé industriel de la ville ne manquait pas à certains.


9 commentaires:

  1. S'il est vrai que votre Nantes natal, à l'instar malheureusement de toutes les villes de France désormais, ait perdu son âme sous les diktats des "principes de précautions" de "l'architecture contemporaine" marmoréenne et aseptisée - vous narrez cela fort bien - votre compatriote qui a réalisé cette petite chambre totalement déjantée m'enthousiasme. Concevoir, créer de ses mains cette fantaisie est admirable. La vidéo que vous avez trouvée est un bijou. Merci, chère V.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? vous aimez bien cette idée ? Faire tourner un humain dans une roue, même si d'une certaine manière nous le faisons tous les jours sans le savoir, c'est tout de même un peu cynique non ?

      Supprimer
  2. "Il faut imaginer le hamster heureux". http://lephilosophesansqualits.blogspot.fr/2010/09/il-faut-imaginer-le-hamster-heureux.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf Corinne, lectrice vigilante et futée. Voilà, c'est ça.

      Supprimer
  3. Comme le dit Corinne citant Baudelaire:

    […] Nous imitons, horreur ! la toupie et la boule
    Dans leur valse et leurs bonds ; même dans nos sommeils
    La Curiosité nous tourmente et nous roule,
    Comme un Ange cruel qui fouette des soleils.

    Singulière fortune où le but se déplace,
    Et, n'étant nulle part, peut être n'importe où!
    Où l'Homme, dont jamais l'espérance n'est lasse,
    Pour trouver le repos court toujours comme un fou !

    Notre âme est un trois-mâts cherchant son Icarie ;
    Une voix retentit sur le pont : « Ouvre l'oeil!»
    Une voix de la hune, ardente et folle, crie :
    « Amour... gloire... bonheur ! » Enfer! c'est un écueil ![…]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corinne qui, j'en suis sûre, se joindra à moi pour saluer avec enthousiasme la sortie de votre nouvel ouvrage.

      Signé : la section féminine du fan club.

      Supprimer
    2. Oui ! D'autant qu'un été indien s'annonce. Les automnes sont en effet depuis quelques années bien plus beaux que les étés.

      Supprimer
  4. Je connais bien Nantes pour avoir vécu au sud de la Bretagne pendant 18 ans et m'y être déplacé assez souvent, je partage complètement votre vision: cette ville urbanistiquement orthonormée a désormais autant de charisme que son maire/Prime Minister!!! Je sais, je sais, j'ai mauvais esprit...

    RépondreSupprimer
  5. ah ! ah ! ho ! ho ! C'est rigolo cette vidéo.
    Homo Festivus ( merci Ph.Muray ) Nantais a une longueur d'avance. On sait bien qu'elle est sa sainte horreur de l'ennui. Alors pourquoi ne pas se transformer en hamster ?! Dommage que ce bouffon ne nous ai pas indiqué comment copuler "comme le hamster"...
    Quant à Nantes sans doute est-elle placée, comme toutes ces villes devenues bien proprettes, sous haute surveillance festive. Avec des rues ayant pour seuls véhicules vélos, rollers et évidemment voitures d'enfants, peuplées " d'imbéciles hilares, mères de familles, patineurs non-fumeurs, ...et autres catégories de mongoliens..." ( Ph.Muray bis ! )
    Voilà , chère Mme V , un petit éternuement philippemurayesque ( mets ta main devant la bouche !! ) et à bientôt,I hope ( hop, hop ).

    RépondreSupprimer