lundi 28 mai 2012

Les ornements du silence


Au travers de l’air surchauffé passent les mouches. Un oiseau traverse en plongeant vers les toits, une radio lointaine donne la météo, un carillon tinte dans la brise et, plus près, Satie joue. 


8 commentaires:

  1. Cette séquence du Feu follet de Louis Malle, quand Alain Leroy, magnifique Maurice Ronet, contemple de la terrasse du Flore le manège d'un monde dont il s'est lassé — à commencer par les femmes — et qui replonge dans l'alcoolisme.

    http://www.youtube.com/watch?v=IwSQxlwMzr8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://youtu.be/xpiCvl3bOVc?t=1m40s

      Supprimer
  2. Merci de nous faire partager ce merveilleux moment de musique que j'ai écouté des centaines de fois , mais pas récemment. Ca fait du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage chère amie.

      Supprimer
  3. merci pour Satie et , évidemment, comment ne pas penser à ce magnifique film...

    RépondreSupprimer
  4. Peut-être apprécierez-vous ce pianiste qui passe avec légèreté de Bach à la musique contemporaine et éléctronique.
    Plutôt joli garçon, ce qui ne gâte rien...

    http://www.francescotristano.com/
    http://www.youtube.com/watch?v=X41JIuU7P4Q&feature=related

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Talentueux le jeune homme. Merci.

      Supprimer